Facebook Twitter Flickr RSS

Crégy-lès-Meaux (Mars 2017)

MANIFESTATION CONTRE LA FACTURATION

DES "NOUVELLES ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES" À CRÉGY-LÈS-MEAUX

 

Le conseil local FCPE des écoles de Crégy-lès-Meaux a appelé les parents d'élèves de la commune à se rassembler le mercredi 1er mars 2017.

Le cortège s'est rendu ensuite jusqu'à l'Hôtel de ville, afin de remettre au Maire la pétition des parents d'élèves contre la mise en place d'une facturation des "Nouvelles Activités Périscolaires" et pour le maintien de la gratuité de l'enseignement dans la commune.

 

Pourquoi cette manifestation ?

 

- L’école républicaine doit rester gratuite !

 

Les nouveaux temps d’activités périscolaires ont été prévus dans l’esprit de la loi d’orientation et programmation pour la refondation de l’Ecole de la République comme pleinement complémentaire des activités éducatives.

 

Les parents d'élèves FCPE refusent la dérive consistant à faire de l’école un lieu payant.

 

- Crégy-lès-Meaux n’a pas les moyens de financer les "Nouvelles Activités Périscolaires" ?

 

Pourquoi l’avoir fait pendant 2 ans ?
Pourquoi la municipalité modifie-t-elle la règle en cours d’année scolaire sans tenir compte des contraintes des familles et de l'avis de leurs représentants ?
La municipalité explique qu'elle n'augmente pas les impôts. Alors 2,75 € par "Nouvelles Activités Périscolaires" et par enfant, qu'est-ce donc, si ce n'est un "impôt sur la scolarité des enfants" ?

 

Les parents d'élèves FCPE refusent que les enfants servent de variable d'ajustement pour le budget de la commune !

 

 - Pour la justice et l’égalité entre les enfants !

 

Faire payer les "Nouvelles Activités Périscolaires" revient à exclure de ces activités les enfants dont les familles sont les moins aisées, notamment les familles monoparentales et celles avec plusieurs enfants scolarisés. La municipalité devait faire de ces activités un projet pédagogique autour de valeurs républicaines, mais elle en exclut, de facto, les plus pauvres !

 

Les parents d'élèves FCPE considèrent que l'école de la République doit être accessible à tous les enfants, issus de familles aisées comme de familles moins favorisées !