Facebook Twitter Flickr RSS

Les remplacements d'enseignant, comment ça marche ?

           En préambule, il convient de noter que la gestion des remplacements ne dépend pas de la même structure, ni des mêmes procédures, selon que l'enseignant absent travaille dans le Primaire (écoles maternelles et élémentaires) ou dans le Secondaire (collèges et lycées).          
Pour le Primaire, c'est la Direction des Services Départementaux de l'Education Nationale (DSDEN 77) qui est en compétence. L'organisation générale du remplacement des enseignants du Primaire sépare tout d'abord les remplacements "prévus" courts des remplacements "prévus" longs. Cette distinction entre ces deux types d'absence, gérée différemment et faisant appel à des personnels distincts, a son importance, car il explique certaines anomalies relevées, voir dénoncées, par les parents d'élèves. Ce point sera développé plus bas.

Le "pilote de proximité", qui reçoit le signalement d'absence et initie la procédure de remplacement, est l'Inspecteur de l'Education Nationale, chargé de la circonscription scolaire. Récemment, Madame la Directrice académique de Seine-et-Marne, a décidé de tenter une expérience de "mutualisation à l'échelle départementale" des personnels de remplacement, autrefois cantonnés à une circonscription scolaire. Néanmoins, compte tenu de la taille très importante du département, ces enseignants remplaçants restent attachés à un territoire de taille jugée acceptable. De fait, l'expérience de mutualisation en cours ne conduit pas à une gestion départementale des besoins et des moyens humains, mais plus à une mutualisation entre un certain nombre de circonscriptions scolaires. En tout état de cause, c'est l'Inspecteur de l'Education Nationale qui arbitre, dans sa circonscription, dans le choix entre les écoles qui bénéficieront d'un remplacement et celles qui n'y auront pas droit.

Au delà de la difficulté découlant de la capacité (ou non) de l'Administration départementale à couvrir les besoins à un instant déterminé avec les moyens disponibles au même moment, il n'est pas toujours simple de répondre à un signalement d'absence, lorsque celui-ci intervient quelques heures, voir minutes avant l'heure d'ouverture de l'école. En effet, dans beaucoup de cas, l'absence de l'enseignant est liée à un cas de force majeure (maladie, accident, etc...), qui ne se prévoit pas et qui ne peut donc être signalé que tardivement. Répondre avec réactivité et efficacité n'est donc pas une mince affaire !

 

Pour le Secondaire, c'est la Division des Personnels Enseignants du Pôle personnels du Rectorat de Créteil qui est chargée de la gestion des remplacements. Tous les matins, bien avant l'ouverture des grilles des établissements scolaires, ce service reçoit les signalements d'absence d'enseignant, provenant des collèges et des lycées de l'académie. Comme la DSDEN 77 pour le Primaire, le Rectorat de Créteil dispose d'un vivier de remplaçants. Bien que le Rectorat démente avoir instauré une règle de non remplacement des absences "prévues" courtes (certaines sources parlant d'un seuil de 15 jours, démenti par le Rectorat), ce dernier privilégie le remplacement des absences "prévues" longues. Il s'agit d'une façon répondre à une triple contrainte :

- la grande diversité des enseignements à couvrir,

- le grand territoire à couvrir, allant des zones urbaines de la petite couronne Est de Paris jusqu'à la frange rurale de la Brie et du Gâtinais Seine-et-Marnais,

- la difficulté de mobiliser la ressource humaine dans un délai très court et sur une si vaste étendue.

De facto, la gestion des absences "prévues" courtes et celle des absences "prévues" longues est différente, dans le Secondaire également.